arrow-right cart chevron-down chevron-left chevron-right chevron-up close menu minus play plus search share user email pinterest facebook instagram snapchat tumblr twitter vimeo youtube subscribe dogecoin dwolla forbrugsforeningen litecoin amazon_payments american_express bitcoin cirrus discover fancy interac jcb master paypal stripe visa diners_club dankort maestro trash

001_FURNITURES

Regular price
€4.980,00

Charlotte Perriand, chaise longue 522 Tokyo


En 1940, Charlotte Perriand est exilée au Japon où elle travaille comme consultante pour l’industrie locale. Dans l’archipel, elle réinterprète en bambou une chaise longue qu’elle avait conçue en 1928. Soixante et onze ans plus tard, Cassina a réédité ce modèle sublime sous le nom 522 Tokyo.
Douze longues baguettes de teck, de hêtre ou de bambou voluptueusement cintrées, reliées par des traverses et assemblées par des clous en laiton satiné. La chaise longue Tokyo s’inscrit clairement dans le travail minutieux, artisanal. Ecoutons plutôt ce que disait d’elle sa créatrice Charlotte Perriand : « C’est la vue d’une pince à sucre en bambou au Japon qui me donna l’idée de transposer la fameuse chaise longue LC4 (élaborée avec Le Corbusier et Pierre Jeanneret) de 1928 en utilisant la flexibilité du bambou usiné à la place de l’acier, poussant ainsi la technique au maximum de ses possibilités. Le résultat fut magnifique ; une nouvelle plasticité était née par le changement de matériaux, pour un même usage : la détente du corps humain. Il n’y a pas de formule, la création découle des matériaux et de leur mise en œuvre qui conditionnent des formes nouvelles et préservent l’attrait de leur beauté dans le temps et l’espace. »
Au Japon, Charlotte Perriand n’utilise que des matériaux locaux. Inspiré par l’épure asiatique, son mobilier, essentiel, se passe de fioritures. Elle valorise les objets usuels fabriqués dans l’esprit Mingei (le néo-artisanat nippon qui s’est développé dans les années 1920 sous l’influence du mouvement Arts & Crafts) plutôt que les standards occidentaux. Là où elle est designer bien avant que le terme ne se popularise après-guerre, c’est en mettant au point une chaise longue facile à produire. Séparer le piètement du siège réduit par exemple les coûts de production. Au final, l’utilisation du bambou l’inscrit dans l’univers visuel de la maison japonaise. Auprès de certaines élites, le bambou n’est pourtant pas aussi noble que l’acier ou le cuir. C’est ce qu’ils attendaient de la modernité occidentale en sollicitant Charlotte Perriand. Plutôt que de s’y enfermer, elle la dépassa en incarnant une attitude, celle de la liberté.

La chaise longue "522 Tokyo" présentée ici est une réédition Cassina en teck.
Designer : Charlotte Perriand
Editeur : Cassina
Dimensions : 150 x 65 x 65cm

 

In 1940, Charlotte Perriand was exiled to Japan where she worked as a consultant for local industry. In the archipelago, she reinterprets in bamboo a deckchair she had designed in 1928. Seventy-one years later, Cassina reissued this sublime model under the name 522 Tokyo.
Twelve long, voluptuously curved teak, beech or bamboo sticks, linked by crosspieces and assembled with satin brass nails. The Tokyo chaise longue is clearly a piece of meticulous, hand-crafted work. Let's rather listen to what its designer Charlotte Perriand said about it: "It was the sight of a bamboo sugar tongs in Japan that gave me the idea to transpose the famous LC4 deckchair (developed with Le Corbusier and Pierre Jeanneret) from 1928 using the flexibility of machined bamboo instead of steel, thus pushing the technique to its maximum possibilities. The result was magnificent; a new plasticity was born by the change of materials, for the same use: the relaxation of the human body. There is no formula, the creation derives from the materials and their implementation that condition new forms and preserve the appeal of their beauty in time and space. »
In Japan, Charlotte Perriand uses only local materials. Inspired by Asian artwork, her furniture is essential and does not need embellishments. She values everyday objects made in the Mingei spirit (the Japanese neo-artisanat which developed in the 1920s under the influence of the Arts & Crafts movement) rather than Western standards. Where she was a designer long before the term became popular in the post-war period was in developing an easy-to-produce chaise longue. Separating the frame from the seat reduces production costs, for example. In the end, the use of bamboo makes it part of the visual universe of the Japanese house. Among certain elites, however, bamboo is not as noble as steel or leather. This is what they expected from Western modernity when they approached Charlotte Perriand. Rather than shutting herself up in it, she went beyond it by embodying an attitude, that of freedom.

The chaise longue "522 Tokyo" presented here is a Cassina re-edition in teak.
Designer : Charlotte Perriand
Publisher : Cassina
Dimensions: 150 x 65 x 65cm

Shopping Cart