arrow-right cart chevron-down chevron-left chevron-right chevron-up close menu minus play plus search share user email pinterest facebook instagram snapchat tumblr twitter vimeo youtube subscribe dogecoin dwolla forbrugsforeningen litecoin amazon_payments american_express bitcoin cirrus discover fancy interac jcb master paypal stripe visa diners_club dankort maestro trash
Regular price
€20,00

UNE CHAMBRE AILLEURS - HÔTELS D’ARCHITECTES


Le début du XXIe siècle apporte une modification profonde des modes d’hospitalité. Les mouvements de personnes s’accroissent. Les établissements traditionnels se trouvent en déroute devant la mise à disposition des logements de particuliers, ouverts aux voyageurs gratuitement ou contre rémunération. L’hospitalité, considérée comme obligation légale et morale dans la société préindustrielle, devient un délit. En France, « toute personne qui aura, par aide directe ou indirecte [...] facilité le séjour irrégulier d’un étranger en France sera punie d’un emprisonnement de cinq ans et d’une amende de 30000 euros ». Confronté à cette politisation de l’hospitalité et à la multiplication et l’intrication des identités des voyageurs, l’hôtel, comme l’auberge a pu l’être au Moyen-âge, apparaît comme un mode d’hospitalité révolu auquel s’attache pourtant une forme de nostalgie. Conjointement à son développement, surtout au cours du XXe siècle, l’hôtellerie a été le cadre récurrent de romans et de films. La somme de ces représentations culturelles confère à l’hôtel un statut particulier de « machine à fiction, à fantasmes» comme le précise l’auteur Jean- Jacques Schuhl. Séjourner à l’hôtel s’accompagne de promesses d’aventures.
Qu’ils soient élaborés dans le cadre d’un diplôme d’architecture, d’une biennale, d’un projet de recherche ou d’une commande plus conventionnelle, les projets rassemblés pour l’exposition « Une chambre ailleurs » s’inscrivent à la fois dans cette fantasmagorie de l’hôtel comme lieu des possibles loin du foyer, et montrent aussi la volonté de trouver de nouveaux dispositifs d’hospitalité loin des typologies connues. Au travers des projets, l’exposition aborde les rituels et les espaces produits par et pour les voyageurs volontaires, qu’ils soient touristes, travailleurs ou promeneurs.
Elle montre une domesticité autre, qui n’hésite pas à éprouver des formes que le quotidien ne peut admettre.

Editeur : Association Villa Noailles, 2019
Dimensions : 16,4 x 24 cm

Shopping Cart